• Coraline VAZ

Budget 2023 : les crédits réels pour l’insertion diminuent !

En dépit d’un affichage politique volontariste de création de 7 000 ETP supplémentaires, le budget réel pour l’IAE en 2023 devrait conduire à pouvoir financer moins de postes qu’en 2022, sauf à revoir la répartition budgétaire entre les modèles. Dans ce cadre la fédération des entreprises d’insertion alerte les députés et compte sur votre mobilisation et relai sur le sujet.


Le compte n’y est pas… mais une autre équation est possible


Pour assurer le développement des postes d’insertion dans le cadre du pacte d’ambition et garder la trajectoire de croissance, il faudrait que le budget 2023 soit au global au moins celui de 2022 augmenté de l’indexation du SMIC et d’une marge de développement, soit au moins 100 millions de plus que ce qui actuellement prévu.


Evidemment, dans le contexte, il est illusoire de penser que les crédits de l’IAE seront augmentés de cette somme. Sommes-nous dans l’impasse pour autant ? En réalité il y a une voie pour cette croissance, elle nécessite du courage politique et des décisions fortes.


Alors que le budget des ACI a progressé de 280 millions d’euros depuis 2018, ce qui fait que la seule enveloppe prévue aux ACI est supérieure à tout le budget de l’IAE de 2018, il est temps de revenir sur ce qui est devenue une bizarrerie de l’IAE : les ACI portés par des collectivités et les organismes publics (centre communal ou intercommunal d’action sociale ; commune ; établissement public de coopération intercommunale ; syndicat mixte ; département ; chambre d’agriculture ; établissement d’enseignement professionnel et d’enseignement agricole de l’Etat ; Office national des forêts.).


La fédération défend la pleine utilité des ACI, acteur incontournable d’une offre d’insertion diverse ; elle s’étonne en revanche que des acteurs publics puissent encore mobiliser largement l’outil ACI, et que trop souvent on constate sur le terrain qu’ils sont là pour pallier un manque de ressources pour réaliser des activités de type travaux de services techniques.

A l’heure où les marges de manœuvres budgétaires se réduisent, il faut revenir aux sources de l’insertion : une mise au travail encadrée et accompagnée vers l’insertion durable, opérée par des acteurs privés, dans un cadre de politique publique.


Ce recentrage indispensable est d’autant plus légitime que les collectivités ont dorénavant le dispositif TZCLD lorsqu’elles souhaitent s’investir pleinement pour l’insertion dans leur territoire.


Cette même logique prévaut dans le plaidoyer de la fédération pour augmenter les moyens de financement de la formation, les crédits existants le permettent, à la condition de faire des choix.


Pour faire ces choix, la fédération pose une question simple : quel est le nombre d’ACI portés par des collectivités ou organismes publics et combien de postes ont été conventionnés en 2022 avec eux ?


Mobilisons-nous dans les prochains jours !


La fédération alerte dès maintenant les député(e)s connaisseurs de l’IAE, note technique à l’appui.


Les délégué(e)s régionaux l’enverront aux parlementaires de leurs régions dès aujourd’hui et vous êtes aussi invités à l’envoyer au plus vite au député(e) de votre circonscription pour qu’il puisse soutenir ces propositions en commissions et en séance publique.


C’est en effet grâce à la mobilisation de tous que le maximum de député(e)s sera averti de ce besoin pour l’IAE. C’est collectivement que nous permettrons à l’insertion de poursuivre son développement pour accompagner toujours plus de personnes vers l’emploi !

3 vues0 commentaire
Coorace-Logo-couleur-Guyane.png
Tropical Leaves

Retrouvez l'actualité et les temps forts de
l'Insertion par l'activité économique (IAE) en Guyane