top of page
  • Coraline VAZ

Flash info :Un maintien des crédits IAE en trompe l’œil



Le Premier Ministre annonce le maintien des crédits IAE, mais leur incapacité à suivre l'augmentation du SMIC se traduit en réalité par une diminution.

 

Le cabinet de la ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités a récemment confirmé à Coorace les réductions budgétaires à venir à l’occasion d’une rencontre entre Laurent Pinet, Nathalie Hanet et Mathias Dufour – conseiller insertion par l’activité économique de Catherine Vautrin.


Le conseiller de la ministre annonce que l'enveloppe du PIC IAE est réduite de 10 millions d’euros (sur 100 initialement prévu au PLF 2024) tandis que les aides au poste ne se verront pas augmentées lors des revalorisations du SMIC à venir. Cette désindexation du SMIC pourrait représenter de l'ordre de 15 millions d’euros. 


Par ailleurs, et conformément au récent discours du ministre de l’Économie, le cabinet de la ministre a d’ores et déjà été clair quant aux difficultés à venir pour le maintien des budgets de l’IAE lors des exercices 2025, 2026...


Coorace s’interroge sur la cohérence de ce discours avec celui de Gabriel Attal qui, lors de sa séance de question à l'Assemblée Nationale, a affirmé 

"la volonté politique du gouvernement, vous l'aurez compris, est bien de continuer à soutenir l'ensemble des acteurs de l'IAE". 


En outre, il a souhaité “[...] rendre hommage à l’insertion par l’activité économique et saluer l’ensemble des acteurs qui la font vivre sur le territoire” et dire tout son soutien à “la démarche de l’IAE, qui vise à permettre à ceux de nos concitoyens qui en sont les plus éloignés de retrouver le chemin de l’emploi, non pas grâce à de simples allocations, mais grâce à de l’activité : elle s’inscrit parfaitement dans la logique qui est la nôtre”. 


A la question budgétaire il a néanmoins répondu : “Faut-il réduire ses financements ? Non”.

Coorace s’inquiète des impacts très concrets qu’auront ces réductions budgétaires sur : 

  • le nombre de personnes éloignées de l’emploi recrutées par les structures

  • la capacité des SIAE à les former, alors même que la formation des salariés en insertion est identifiée comme un levier majeur de sortie positive. 

Coorace souhaite que les échanges à venir dans le cadre de la feuille de route renouvelée de l’IAE permettent de convaincre l’ensemble des acteurs publics de l’utilité et de la nécessité de sanctuariser, pour les années à venir, les financements de l’IAE, et ce, dans l’intérêt des personnes qui connaissent les situations les plus précaires. 


L’ensemble du réseau reste mobilisé pour s’assurer que nous disposions des moyens pour recruter, accompagner et former les personnes les plus éloignées de l’emploi. 

2 vues0 commentaire

댓글


bottom of page